Un peu d’histoire

D’après les archives de l’évêché (le cartulaire du chapitre de la cathédrale) le lieu-dit « La cour d’Aunou » appartenait au chapitre canonial de Séez devenu Sées en 1860, en effet la commune décida de perdre son z en cadeau de bienvenue à la commune de Séez en Savoie lors de son rattachement à la France. Lors de la révolution française, l’Eglise de Séez perdit ses biens immobiliers qui furent vendus comme Biens Nationaux.

Quand M et Mme Jean MALFILATRE arrivèrent à la cour d’Aunou en 1919, leur fils ainé Raymond dans les bras, la maison de maître et la ferme attenante était de bonne facture mais sans aucune des facilités auxquelles la vie moderne nous a habitués, pas d’eau courante mais une pompe à main, pas d’électricité mais des bougies et chandelles. La vie se déroula avec les hauts et les bas comme dans n’importe quelle famille, les enfants se succédèrent et la petite dernière, neuvième fit son arrivée en 1937. La ferme fut mise en location, grande et prospère jusque dans les années 70, la situation devint de plus en plus difficile et progressivement les fils des fermiers quittèrent la ferme de la cour soit pour s’installer comme agriculteur dans les environs, soit pour trouver du travail en ville. Le couple de fermier resta seul pour faire tourner l’exploitation de polyculture normande traditionnelle, en voie de profonde mutation.

A la disparition de Mme MALFILATRE bien connue de tous les habitants d’Aunou, seuls quatre de ses neuf enfants voulurent garder la maison. A la fin du bail quand les fermiers prirent leur retraite, les terres furent vendues très facilement mais la ferme ne trouva preneur que tardivement auprès d’un couple qui prévoyait restaurer les bâtiments qui commençaient déjà à se dégrader en 1983. Mais rien ne se fit.

En 1999 Mme J.Vasseur et M. E.Malfilâtre rachetèrent les murs et les 3ha qui les portent pour leur éviter la ruine totale, avec le projet d’en faire un lieu de rencontre et de festivité.

Le premier travail fut le nettoyage qui commença au printemps 2000 et voilà des citadins partis dans la restauration d’un ensemble de bâtiments. Il a fallu refaire toute les toitures, décaisser les étables, installer le chauffage, créer l’installation électrique etc… Il s’agissait alors de faire renaître un lieu avec des fonctions autres. Pour créer cet espace d’accueil il fallut transformer des étables et des greniers en chambres, en salle de réunion etc. L’ancien pressoir peut recevoir des cocktails, l’ancienne grange est devenue une belle salle de réception de 180 m2. Le Domaine de Cour put accueillir sa première noce en septembre 2006.

Depuis, chaque année, des groupes de taille variable viennent fêter un anniversaire, une cousinade, un mariage, des familles se regroupent le temps d’une semaine de vacances, des chœurs passent un week-end chantant, des anciens gendarmes en retraite se retrouvent pour leur réunion annuelle … Tous y trouvent un lieu convivial et chaleureux.